Les différents types de pose d’un parquet

Le parquet est un accessoire de décoration intérieure qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. Installer ce type d’accessoire offre une plus-value non négligeable. Preuve d’élégance et de noblesse, la pose de parquet se présente comme une solution de confort, quels que soient le style d’habitation et les pièces qui la composent. Cependant, ce type de revêtement se décline en plusieurs offres, et chacune d’elle offre des caractéristiques propres. Vous voulez en savoir plus sur les différents types de pose d’un parquet, voici un tour d’horizon complet.

La préparation du support : le préalable incontournable

Qu’il s’agisse de travaux de rénovation ou d’aménagement, bien choisir la technique de pose d’un parquet est crucial. Mais, avant de penser à cette étape délicate, il faut s’attarder sur la préparation du support. Tous les artisans sont unanimes : il s’agit du préalable incontournable. Pour une préparation dans les règles de l’art, le support sollicité doit être propre, rigide et proposer une surface parfaitement plane. De plus, l’hydrométrie doit osciller entre 40 et 60 degrés.

Lorsque le support de la pose est une dalle de béton, l’humidité doit être inférieure à 2,5 %. Pour un support en bois, la limite doit être de 15 %. Une fois la préparation achevée et le matériel réunis, vous pouvez commencer vos travaux en toute sérénité.

La pose clouée

La pose clouée est probablement l’une des techniques de pose les plus anciennes. Traditionnellement, elle ne s’utilise que pour le parquet contrecollé ou le parquet en bois massif. Ce type de pose se caractérise par l’utilisation des solives et des lambourdes sur lesquelles sont clouées perpendiculairement des lames de bois.

Reconnue pour sa durabilité et sa résistance exceptionnelle, cette technique de pose permet une isolation thermique et phonique remarquable sous le parquet. La pose clouée sera la meilleure option pour ceux qui veulent un parquet massif. Il s’agit ici des accessoires faits en bambou, en chêne ou en hêtre. L’utilisation des clous préserve le bois utilisé.

La posée collée

Cette technique de pose est l’une des plus fréquentes dans les habitations à cause de sa flexibilité. En effet, elle s’adapte à plusieurs types de parquets. Ici, la méthode de travail consiste à coller directement les lames sur une surface de béton, sur une chape fine de ciment ou sur des contreplaqués.

Particulièrement adaptée au sol chauffant, la pose collée requiert un certain savoir-faire. Pour un résultat optimal, il est fortement conseillé de faire appel à un professionnel surtout lorsqu’il s’agit d’une grande surface. À la fin de la pose collée, il est parfois nécessaire d’observer un temps de séchage de 24 h.

La pose flottante

La pose flottante est reconnue pour la simplicité et la rapidité de sa mise en œuvre. En outre, elle est adaptée à tous les types de support. C’est probablement pour cette raison que son coût est le moins élevé de tous les types de pose. Elle est idéale pour des travaux de rénovation.

Cette technique de pose est appelée flottante parce que le parquet n’est pas directement fixé sur le sol. Les accessoires sont posés sur une sous-couche isolante faite de liège ou de mousse.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email